Découvrons… ║ Le Fantôme de Canterville ║ d’Oscar Wilde

Le Fantôme de Canterville

      Voyant une affiche de promotion pour le film français adapté de cette histoire d’Oscar Wilde, je me suis décidée à sortir ce petit livre du fin fond de ma bibliothèque et c’est avec un plaisir non dissimulé que j’ai retrouvé la plume qui m’avait fait tant aimer Le Portrait de Dorian Gray et qui me présente aujourd’hui « Le Fantôme de Canterville ». Si je ne me découvris pas, pour cette nouvelle, la même passion débordante que pour le grand roman d’Oscar Wilde, je dois tout de même reconnaître que j’ai passé un très bon petit moment à lire les mésaventures de ce pauvre fantôme. Les thèmes ne sont certes pas d’une originalité folle pour notre époque mais je pense que, au moment de la parution de cette histoire, ce côté drôle et rafraîchissant devait bousculer quelque peu les habitudes. De plus, la richesse du sous-texte m’a vraiment agréablement surprise.

       Venue d’Amérique, la famille Otis décide d’acquérir un château en Angleterre mais l’ancien propriétaire, Lord Canterville, les met en garde : le fantôme de son ancêtre, Sir Simon, hante les lieux depuis qu’il a tué sa femme, des siècles auparavant. Nullement impressionnés, ces américains qui ne croient qu’en la modernité emménagent tout de même et aucun des tours du fantôme ne parviendra à les effrayer, au grand dam de Sir Simon.

Ligne horizontale      Héritage & vicissitudes.

     Dans cette nouvelle, on sent qu’Oscar Wilde joue avec tout l’héritage que lui a laissé la littérature anglaise de ce siècle, entre roman gothique prit à contrepied et vogue du fantastique réactualisée. L’auteur se sert ici de l’héritage que lui ont laissé ses successeurs, reprenant nombre de thèmes très classiques en littérature anglaise. Le personnage de Sir Simon, fantôme de Canterville, lui-même, est l’image – presque – vivante de cet héritage ancestral qui hante les lieux et refuse de les quitter, qui est enfermé dans ses habitudes et ne comprend pas que tout le monde n’y est plus sensible : habitué à faire mourir de peur les vivants par sa simple apparitions, il est dépassé lorsque la famille Otis ne réagit pas à ses effrayantes mises en scène et est incapable d’affronter la moindre évolution, se contentant de ressasser les mêmes vieux tours dans l’espoir qu’ils fonctionneront mieux que les précédents. L’auteur joue clairement ici avec la dimension allégorique de Sir Simon pour se moquer gentiment d’une littérature ancrée dans ses traditions qui aurait besoin d’évoluer, évolution qu’il se propose justement d’entériner avec le récit même qui lui sert de réflexion.

      En effet, malgré lui, le fantôme est amené à évoluer – je ne vous dis pas comment, tout de même, vous verrez bien par vous-même si vous n’avez pas encore lu ce court récit ! – mais ce changement ne se fait pas tout seul ; il est accompagné dans son périple par une amitié aussi soudaine qu’inattendue, une âme innocente qui lui tend la main. On a ainsi vraiment l’impression que la modernité tend la main au passé afin de le mener – non sans mal – vers un état meilleur, afin de l’aider à se transcender et que ce n’est vraiment qu’en se tournant vers ce passé que la modernité peut avancer à son tour. Si on laisse cet héritage derrière nous sans plus s’en soucier, alors les nouveautés seront construites sur de mauvaises bases tandis qu’en liant passé et modernité, on peut réellement avancer et espérer le meilleur pour la suite.

Ligne horizontale     En bref :

     Lue au premier degré, « Le Fantôme de Canterville » est une petite nouvelle pleine d’humour qui peut assurer un bon moment de divertissement. Cependant, ce n’est qu’en prenant en compte toute sa dimension allégorique et en laissant libre cours à ses possibilités d’interprétation – j’en ai proposé une, mais je suis loin de prétendre que ce soit la seule qu’on puisse y voir ! – qu’on peut découvrir toute la richesse de l’écriture d’Oscar Wilde qui, comme toujours, vise juste, quelle que soit l’époque à laquelle ses textes sont lus.

Publicités

6 commentaires sur “Découvrons… ║ Le Fantôme de Canterville ║ d’Oscar Wilde

    • C’est vrai que ça ne vaut pas le Portrait de Dorian Gray, mais ça reste une lecture légère et agréable à découvrir qui nous montre une autre facette de l’auteur 🙂

      J'aime

  1. Outre « Le Portrait de Dorian Gray », l’un de mes livres favoris, je suis assez fan du personnage d’Oscar Wilde, avec ses citations savoureuses, humoristiques mais pleines de profondeur. Il faut absolument que je lise « Le Fantôme de Canterville ». 🙂

    J'aime

  2. Les « contes » d’Oscar Wilde m’ont énormément plu. J’ai lu toute son oeuvre et j’avoue que je prendrais un vrai plaisir à tout relire, notamment le Fantôme de Canterville 🙂 Ta chronique est vraiment très intéressante en tout cas!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s