Découvrons…║ Nekromantia 4 ║ de Rose Berryl

Nekromantia 4

     Après l’épisode 3, c’est tout naturellement que vient – roulement de tambour, suspense insoutenable, évanouissements dans la salle… – l’épisode 4 de Nekromantia de Rose Berryl. Intitulé « Passage vers Centoria », cet épisode est le premier où l’on voit une réelle action commune de nos deux héroïnes et cela fait un bien fou de les voir enfin agir ensemble, de découvrir ce duo détonnant qui va sûrement nous accompagner encore pour un petit bout de chemin.

     Dans « Passage vers Centoria », Mylvera et Fareylia rejoignent la ville des centaures où elles se retrouvent en bute contre dragons et autres créatures ténébreuses mais aussi contre quelques préjugés qui ont la dent dure. Cela ne leur fait pourtant pas oublier leur mission : se renseigner sur une mystérieuse pierre aux pouvoirs magiques considérables.

Ligne horizontale       Contraste & féminisme.

       Nous avions pu le deviner dans l’épisode précédent mais cela se confirme vraiment dans cet épisode-ci : les deux héroïnes, Mylvera et Fareylia, sont deux personnages fondamentalement opposés dont les actions se contrastes totalement. Mylvera, du côté de l’ordre et de la loyauté, est la guerrière, adepte du combat au corps à corps, pragmatique et optimiste. Fareylia, tout au contraire, plus sombre et mystérieuse, compte sur la magie et son formidable pouvoir de métamorphose, elle est cynique et, sceptique, remet tout ce qu’on lui dit en question. Comme le manichéisme du début, on conserve l’impression d’un univers tout en contraste, dans lequel les personnages s’opposent pour mieux s’affirmer. C’est ainsi que les personnalités prennent du relief et, dans le cas de notre duo d’héroïnes, permettent de se compléter : l’une est trop lisse, l’autre est trop rebelle mais, ensemble, elles forment une équipe à laquelle rien ne semble pouvoir résister.

      Dans ce quatrième épisode, on s’aperçoit tout particulièrement que les deux personnages principaux ne sont pas de sexe féminin par hasard. Placées face à un personnage secondaire profondément misogyne, Mylvera et Fareylia doivent faire face aux préjugés que subissent les femmes depuis toujours et ces personnages forts ne sont pas prêts à s’en laisser compter si facilement. Grâce à Rose Berryl, on voit ici les « femelles » – ainsi que les appelle le misogyne de service dans le texte – reprendre le pouvoir et s’opposer à l’image du « sexe faible » pour montrer toutes l’étendue de leurs capacités, autant physiques qu’intellectuelles, pour se faire l’égal des hommes. Ma seule crainte serait de voir tomber cet affrontement des sexe dans le cliché, qui pourrait alors nuire au message féministe si l’équité n’est pas respecté entre les genres – il ne faudrait pas que tous les mâles se comportent comme de gros rustres prêts à se faire écraser par ces demoiselles, ce serait dommage ! J’espère plutôt que le message véhiculé demeurera toujours aussi positif et encourageant pour une société égalitaire.

Ligne horizontale     En bref :

     Après un troisième épisode très axé sur la discussion et la stratégie, Nekromantia retrouve, avec ce quatrième épisode, son côté très tonique, bourré de combat et d’action, qui nous avait fait aimer les premiers épisodes. L’histoire semble pétrie de bonnes intentions et loin de nous avoir livré tous ses secrets, la suite se fait donc toujours attendre avec impatience !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s