Découvrons… ║ Morwenna ║ de Jo Walton

morwenna

      Roman que j’avais reçu suite à mon Swap avec Gaëlle de Pause Earl Grey, Morwenna de Jo Walton m’avait été conseillé suite à mon « 8 idées » concernant les héros aimant lire et son résumé m’avait rendue très curieuse puisqu’il citait notamment un cycle que j’adore : celui des Princes d’Ambre de Zelazny. En ouvrant ce livre, je ne savais trop à quoi m’attendre, si ce n’est à l’histoire d’une jeune fille passionnée de lecture et, en cela, je n’ai pas été déçue. En revanche, je ne m’attendais absolument pas à trouver de la magie dans ce roman et son traitement m’a beaucoup déroutée, même s’il ne m’a en rien empêchée d’en apprécier la lecture.

      Parlons donc un peu du résumé de cette histoire. Il s’agit avant tout du journal intime d’une adolescente, Morwenna, qui vient de perdre sa sœur jumelle dans un accident de voiture et qui doit elle-même désormais marcher avec une canne à cause de sa jambe blessée dans l’accident. Cependant, cet accident a quelque chose de bien particulier : il a été provoqué par la magie. En effet, Morwenna a le don de voir les fées, don hérité de sa mère aux desseins maléfique que Morwenna et sa sœur essayaient d’empêcher de nuire.

Ligne horizontale      Frontières & intimité.

      Dans ce roman, les frontières sont sans cesse brouillées entre fiction et réalité. L’auteure fait tout pour nous donner l’impression de lire un témoignage réaliste, tout en y insérant des touches de magie mais en faisant attention que cette magie ne détonne pas dans l’univers ainsi créé, lui laissant ainsi la possibilité d’être tout aussi réelle. Morwenna le répète souvent : la magie n’est visible que pour ceux qui acceptent d’y croire car elle peut être facilement réfutée par un esprit cartésien voulant lui trouver d’autres explications, il est donc impossible de prouver son existence mais aussi son absence. Cela créé, à mon sens, un petit défaut de l’œuvre, à savoir une magie qui manque foncièrement de panache, à trop vouloir être réaliste. Cela permet cependant d’interroger la frontière incertaine entre la stabilité émotionnelle et la folie, vers laquelle la magie semble risquer de faire basculer à tout instant. Par ailleurs, l’auteure joue sur une autre frontière qui apporte son intérêt au roman : celle entre soi et l’autre, ici entre Morwenna et sa jumelle, de laquelle elle doit apprendre progressivement à se distinguer pour continuer à avancer sans elle, mais qui permet une interrogation beaucoup plus généraliste pour le lecteur, nous invitant à développer notre personnalité propre plutôt que de trop se fondre dans un groupe ou une communauté jusqu’à s’y perdre.

      La forme même de ce roman, qui reprend celle d’un journal intime, nous fait forcément entrer dans l’intimité de Morwenna qui se confie sans avoir l’idée d’être lue par quelqu’un d’autre, allant jusqu’à coder ses écrits pour les protéger de lecteurs extérieurs. L’auteure rend ainsi très bien l’impression d’intrusion dans la vie privée de son personnage-narrateur, ce qui créé une réelle proximité avec le lecteur qui a la sensation de partager ses pensées les plus secrètes et permet à l’auteure d’aborder tous les aspects de la vie de l’adolescente, même éloignés du sujet central du livre, tels que l’amour, l’amitié, la sexualité, les études, la rendant ainsi plus vivante. Cependant, nous avons surtout accès à un processus auquel personne d’autre n’a accès : celui du deuil. En effet, en grandissant, en évoluant, Morwenna fait progressivement le deuil de sa jumelle, parvient enfin à se dissocier de cette entité qu’elles formaient à deux et à se remettre de la brisure qu’elle a ressentit à sa disparition. Mais cela est fait très intelligemment car cela n’est jamais réellement mis en avant par le récit, Morwenna ne parle pas elle-même de cette progression, le lecteur est plutôt invité à la comprendre par lui-même à travers l’évolution substantielle du personnage, que nous ne pouvons voir que grâce à cette intimité partagée.

Ligne horizontale       En bref :

       Morwenna est une lecture vraiment intéressante, qui s’interroge de façon originale sur des problèmes aussi variés que la perception de soi-même, le deuil, la croyance ou la folie, tout cela avec un point de vue différent sur le monde invitant à l’ouverture d’esprit. C’est une lecture qui enthousiasme tout passionné de littérature – et surtout de science-fiction – car on y ressent un réel amour des livres de la part du personnage principal – et, à travers celui-ci, de son auteure – que l’on se fait un plaisir à partager. Malgré une fin quelque peu frustrante, non parce qu’elle est mauvaise, mais plutôt parce qu’elle donne envie dans savoir toujours plus sur l’avenir de ses personnages, Morwenna gagne donc beaucoup à être lu et apporte un réel sentiment d’optimisme une fois le livre refermé.

Publicités

4 commentaires sur “Découvrons… ║ Morwenna ║ de Jo Walton

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s