Découvrons… ║ Les Bannis et les proscrits 1 ║ de James Clemens

feu-de-la-sorciere-2

     Après avoir traîné un petit moment dans ma bibliothèque malgré la forte envie que j’avais de le lire, c’est à l’occasion d’une lecture commune avec Gaëlle du blog Pause Earl Grey – n’hésitez pas à aller lire son article plus qu’enthousiaste ! – que j’ai fini par ressortir Le Feu de la Sor’cière, premier tome de la saga Les Bannis et les proscrits de James Clemens. Et grand bien me prit de me joindre à elle pour cette lecture car ce livre n’a absolument pas failli à sa réputation : j’en pense vraiment tout le bien qu’on m’en a dit.

     L’histoire commence avec Elena, jeune paysanne qui se découvre des pouvoirs magiques à la fois fascinants et terrifiants. Mais ceux-ci attirent la convoitise de personnes aux intentions fort peu louables, devant lesquels Elena est forcée de fuir avec son frère Joach, abandonnant derrière elle les restes fumants de son ancienne vie. Sur leur chemin, Elena et Joach ont cependant l’occasion de croiser d’autres voyageurs qui, comme eux, ne sont plus vraiment les bienvenus dans la société civilisée.

Ligne horizontale       Divergence & acceptation.

      Le nom de la saga l’indique assez bien, l’un des thèmes principaux de ce premier tome n’est autre que la divergence. Une divergence qui implique aussitôt une mise à l’écart, un écartement au ban de la société, quelle que soit la société en question. En effet, les protagonistes que nous rencontrons au fil de l’histoire sont issus d’espèces très différentes les unes des autres (humains, nymphes, trolls, elfes, métamorphes…), ne partagent pas toujours les mêmes mœurs et se vouent même parfois des haines ancestrales mais ont cette seule et unique divergence en commun. Ainsi, un groupe extrêmement hétéroclite, dont l’entente n’était pas forcément courue d’avance, arrive à se former, chacun retrouvant chez l’autre cette dissemblance qui lui a valu d’être écarté de la vie commune.

       L’histoire voit ainsi se créer l’établissement d’une société nouvelle, où l’acceptation est le maître-mot, acceptation de l’autre évidemment, mai acceptation de soi aussi. L’héroïne avant tout, Elena, la fameuse « Sor’cière », se découvre petit à petit, apprend à connaître ses capacités, commençant par les rejeter puis les tolérant, les acceptant et enfin les assumant totalement. D’adolescente apeurée elle devient sor’cière accomplie en l’espace de quelques jours, et entraîne, malgré elle, ses compagnons dans son sillage. Eux-même apprennent, avec elle, à assumer cette apparence, cette culpabilité, cet héritage qu’ils ne supportaient pas. Elena devient inspiration, pour tous, et son feu cesse de détruire les corps pour inspirer les âmes.

Ligne horizontale       En bref :

       C’est un très très bon début de saga que nous propose là James Clemens. L’auteur sait merveilleusement bien renouveler les thèmes classiques du genre pour nous entraîner dans un univers novateur et pourtant facilement abordable pour le nouveau lecteur. Plus encore, il nous offre, par le biais de la fantasy, toute une réflexion sur des problèmes de société bien réels qui touchent tout particulièrement son lectorat – on juge assez aisément que son public visé, étant donné l’âge de l’héroïne, est avant tout adolescent – et l’invite à entamer une véritable démarche de développement personnel.

Publicités

11 commentaires sur “Découvrons… ║ Les Bannis et les proscrits 1 ║ de James Clemens

  1. Je n’avais pas fait le rapprochement entre cette exclusion de la société et les personnages, j’avoue que ma lecture a pris un autre sens quand tu me l’as fait remarquer ! Comme quoi, c’est utile c’est lectures communes, en plus d’être plaisant 😀

    Aimé par 1 personne

    • Ahah ! Je dois sûrement trop réfléchir et parfois partir trop loin par rapport à ce que l’auteur veut vraiment exprimer, je crois xD
      N’empêche, je crois bien que c’est cette espèce de « tare » commune qu’ils ont qui me les ont tous rendus aussi attachants, au final^^
      (Ya que l’elfe, du coup, qui reste moins attachant, pour moi !)

      Aimé par 1 personne

    • Nononon tu ne réfléchis pas trop, je pense même que c’était une clé de compréhension XD mais j’ai été lente à la détente.
      Pour l’elfe, c’est sûr, perso c’est venu que sur la fin mon attachement car j’imagine son potentiel et son rôle futur mais oui au début c’est une tâche on est d’accord lol

      Aimé par 1 personne

    • C’est vrai qu’à la fin, il dévoile un potentiel à la fois magie et sympathie qui laisse présager du meilleur pour la suite (le pauvre bonhomme vient quand même de voir une grosse partie de ses croyances s’effrondrer, après tout^^ »). Mais pour l’instant, pour moi, il est juste passé de « insupportable » à « tolérable » x)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s