Sur les planches… Un été 44

un-ete-44

       Pour inaugurer cette toute nouvelle rubrique sur le blog, je vous propose de commencer avec une comédie musicale à l’affiche en ce moment au théâtre Le Comedia de Paris : Un été 44. Avec une musique signée par des auteurs-compositeurs aussi peu connus qu’Alain Chamfort, Charles Aznavour ou Jean-Jacques Goldman entre autres et un sujet aussi fort que la Libération, autant dire que ce spectacle créait de grandes attentes.

        Résumé officiel :

      Yvonne, Rose-Marie et Solange sont trois jeunes filles de Normandie. Yvonne est infirmière. Comme toutes les filles de leur âge, malgré la guerre, elles rêvent d’avenir et Un été 44 (2).jpgd’amour. L’Histoire va venir bouleverser leur existence. Du 6 juin 1944 jusqu’à la Libération de Paris, des caves de Caen sous les bombes aux lampions de la Capitale en fête, elles vont se découvrir au cours d’un voyage qui changera leur vie. Avec Petit René, résistant en devenir, elles croiseront la route des soldats venus libérer l’Europe mais aussi des civils brisés par la guerre. Willy, le GI, ou Hans, le traducteur de la Wehrmacht, sont quelques unes des figures qui jalonneront leur odyssée, faite de joies immenses et de peines inconsolables. L’une d’elle trouvera l’amour, une autre le perdra et la dernière trouvera sa voie au milieu des décombres. Le parcours d’anonymes, de héros quotidiens au milieu des remous de la grande Histoire. L’été 44 en chansons pour raconter leurs 20 ans et notre Liberté.

Ligne horizontale       Sortie de salle :

    Le casting est formidable. Je dois dire que j’ai été totalement séduite par les comédiens présents sur scène et tout particulièrement par Tomislav Matosin à la voix rocailleuse vraiment caractéristique qui, selon moi, a fait merveille dans le rôle du GI américain. Sa première chanson de présentation, Passer la nuit, est celle qui m’a fait réellement entrer dans l’histoire et m’attacher au destin des personnages.

      Chaque patrie a droit à une ambiance musicale bien définie : la variété vintage à la douceur mélancolique pour les français dans l’expectative ; une ambiance résolument rock énergique, presque agressive, pour les américains au combat ; des sonorités plus classiques pour les allemands piégés entre devoir et sentiments. J’ai aimé ces choix plus que pertinents, aidant fortement à la caractérisation des personnages.

un-ete-44-3
 Je félicite également l’utilisation d’un écran de cinéma sur scène pour enrichir l’histoire. Si la technique n’est certes pas si nouvelle que ça au théâtre, elle a cependant su trouver une utilité particulière : elle permet de réactualiser l’histoire, en ajoutant une narratrice contemporaine à la pièce.

      Le moment de l’entracte, ce n’est pas surprenant, marque un temps fort de la pièce appuyé sur un bouleversement de l’histoire. Mais ce n’est pas tout : sur cette base-là, s’effectue un véritable changement de rythme sur scène, renouvelant ainsi l’attention du spectateur au moment où l’ennui pourrait s’installer autrement.

      Enfin, le gros point fort de cette histoire, ce sont ses personnages. Profonds, réalistes, ils expriment de véritables émotions telles qu’on se les représenteraient en ces situations. Ils marquent un clivage entre un temps éloigné du spectateur et des préoccupations qui lui sont bien connues. La chanson de P’tit René, par exemple, nous parle de l’insouciance de la jeunesse qui se croit incapable de mourir et de son besoin maladif de reconnaissance, d’être quelqu’un. De manière générale, l’avenir, plein de promesses et de dangers est un thème récurrent du spectacle qui ne souffre pas de la distanciation temporelle.

      X Cependant, je déplore une trop grande présence, à mon goût, de la romance. En effet, je trouve la romance nécessaire à cette histoire et son absence m’aurait dérangée mais elle prend trop de place, au détriment de sentiments qui auraient mérité d’être davantage développés, en lien plus direct avec cette Libération mise en scène.

un-ete-44-1

     X De même, j’ai trouvé que certains sujets étaient parfois trop survolés. Je pense notamment à la question du féminisme : le tout est résumé en une seule phrase un peu « fourre-tout » sur le port du pantalon, le travail égalitaire et le vote des femmes. Je comprends que le temps limité du spectacle ne permette pas de s’y étendre davantage mais, dans ce cas, autant ne pas en parler du tout ou alors disséminer cela sur une série d’allusions réparties dans la pièce qui auraient laissé le spectateur réfléchir à la question plutôt  que de lui fournir cette idée déjà prémâchée sans grand intérêt.

      Visuellement, le spectacle était très beau. Décors et costumes étaient parfaits pour nous plonger dans l’ambiance des années 40 mais, au-delà de ça, le spectacle a surtout su créer, pour certaines scènes, de véritables tableaux à l’aspect totalement onirique en plein milieu d’une guerre faisant rage et cela, c’est un tour de force à applaudir.

     X Par contre, j’ai trouvé que le positionnement de l’orchestre, sur un coin de la scène, qui tantôt disparaissait trop, tantôt gênait la visibilité de l’écran, n’était pas idéal. Un passage dans un cabaret a fait entrer les instruments directement au milieu de la scène, passage beaucoup plus intéressant de ce point de vue, par exemple.

      X Enfin, dernier point qui m’a quelque peu dérangée : bien que l’idée de la narratrice sur grand écran m’ait beaucoup plu, j’ai malheureusement trouvé que le jeu de l’actrice n’était pas à la hauteur des comédiens sur scène. Le contraste était vraiment peu flatteur pour elle.

Theatre (4)        En bref :

       Un été 44 est sans conteste un spectacle que je vous recommanderais d’aller voir. L’ambiance aussi bien visuelle que musicale est une véritable réussite, sublimée par un jeu d’acteur magistral. Malgré quelques détails qui mériteraient un léger ajustement à mon goût, mon plaisir n’a en rien été gâté et cette tranche de vie, lointaine par sa temporalité, mais tellement proche par les préoccupations profondément humaines de ses personnages, remplit parfaitement son rôle : nous faire vibrer le temps d’une soirée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s