Sur les planches… Cats

Cats.jpg

      Immense succès de Broadway, le spectacle musical Cats a fini par venir enchanter le public français également en s’installant pour quelques mois au Théâtre Mogador à Paris. Partagée entre l’impatience d’aller voir cette œuvre culte et l’inquiétude concernant la traduction en français, j’ai eu la chance d’aller assister à une représentation. Ayant fait le choix de ne pas lire de résumé ou regarder de visuels du spectacle, la surprise fut donc totale pour moi et l’expérience m’a laissée pantoise.

       Résumé officiel :

      « Une fois par an au cours d’une nuit extraordinaire, les Jellicle Cats se réunissent pour leur grand bal. Leur sage et bienveillant chef, le Vieux Deuteronome choisit celui qui pourra entrer au paradis de la Jellicosphère pour renaître dans une toute nouvelle vie. »

Ligne horizontaleCats (1).jpg

     J’ai été totalement subjuguée par les costumes et je trouve honnêtement que les photos ne leur rendent absolument pas justice. Je trouve qu’ils y sont pour beaucoup dans le succès du spectacle : ils trouvent le juste milieu entre apparence féline et silhouette humaine, laissant toute liberté de mouvement aux comédiens tout en leur conférant un supplément de grâce et d’agilité juste parfaits.

       Aussi beaux soient-ils, les costumes ne font bien sûr pas tout et je dois reconnaître que l’interprétation du spectacle est d’une justesse sans égal. Les tableaux sont souvent constitués d’un très grand nombre d’acteurs sur scène et pourtant aucun, même perdu au fin fond du décors, ne sort jamais de son rôle ; les poses, les déplacements, les attitudes expriment leur félinité jusqu’au bout des griffes et c’est un plaisir de les voir passer dans le public ainsi vêtus. De même, les voix sont à l’égal du jeu d’acteur et Chimène Badi fait merveille dans la chanson emblématique du spectacle, Memory.

     X Par contre, moi qui ne connaissais pas du tout l’histoire avant d’assister au spectacle – à part que ça parlait de chats, merci Captain Obvious ! -, je dois dire que le début m’a un petit peu perdue. Je m’attendais à une histoire suivie et ne voyais qu’une succession de présentations dont je ne comprenais pas vraiment le but. Il m’a donc fallu un petit moment pour cerner l’histoire et ses enjeux, ce qui m’a un petit peu gênée pour vraiment rentrer dans le spectacle dès le début mais cela s’est heureusement assez vite arrangé.

Cats (2).jpg

     X De plus, la troupe qui joue Cats est bien sûr américaine. Cependant, le spectacle est traduit en français pour s’adapter à la demande du public. Même si les questions de traduction me faisaient un peu peur, je dois avouer n’avoir rien relevé de choquant – ne pas connaître l’œuvre originale aide sûrement, ceci dit – mais l’accent des chanteurs non-francophone m’a cependant parfois posé quelques problèmes de compréhension. Les chansons d’ouverture, par exemple, qui auraient pu m’aider à mieux comprendre l’histoire dès le début, m’ont totalement échappé. J’ai donc manqué quelques passages le temps que mon oreille s’adapte à cet accent étranger, ce qui est regrettable, mais s’arrange également au fil du spectacle.

     L’humour est très présent dans le spectacle, chose à laquelle je ne m’attendais pas forcément. Entre le duo de chats chapardeurs et le chat rappeur au look improbable, j’avoue avoir trouvé certains passages vraiment très drôles, ce qui m’a agréablement surprise.

Cats (3).jpg

     Le rythme est très fragmenté, puisqu’on assiste à une succession de tableaux présentant les différents personnages présents à la réunion, ce qui pourrait en déranger certains mais qui, personnellement, m’a permis de rester attentive d’un bout à l’autre. Grâce à cette fragmentation du rythme, l’énergie est sans cesse renouvelée et ne manque pas de raccrocher les spectateurs à l’attention quelque peu limitée tels que moi.

     Le spectacle présente donc tout une galerie de personnages. Les chats mis en scène sont caractérisés de manières toutes très différentes les unes des autres. Je parlais plus haut du duo de chapardeurs et du rappeur, mais la duchesse bien nourrie ou le chat magicien sont des personnages tout aussi marquants et ce ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres. Les idées sont tour à tour drôles, spectaculaires, touchantes… De quoi contenter tous les goûts.

Theatre (5)

       En bref :

       Un spectacle auquel j’ai beaucoup de mal à trouver des défauts car Cats le musical mérite amplement sa réputation. Malgré le changement de langue, la troupe est juste extraordinaire et le soin donné à chaque petit détail permet une immersion totale et inconditionnelle dans l’histoire. Plus que tout, ce spectacle est avant tout une énorme claque visuelle qui ne nous laisse pas d’autre envie que de tendre l’autre joue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s