║ La Mécanique du cœur ║ de Mathias Malzieu

mecanique-du-coeur

      J’ai enfin lu – dévoré, serait plus juste – mon premier Malzieu et il m’a donné envie d’en lire bien d’autres. La Mécanique du cœur fut une très belle découverte, qui m’a surprise par sa révélation finale à laquelle je ne m’attendais franchement pas – la surprise doit être moins grande lorsqu’on est un habitué de l’auteur, ceci dit – et qui a su m’emporter dans son univers.

       Jack est un jeune garçon né avec une faiblesse cardiaque. Seule l’intervention du docteur a pu le sauver mais il est condamné à vivre avec une horloge greffée dans la poitrine pour aider son coeur à battre. Horloge qui s’avère vite fort gênante et surtout fort fragile : Jack doit donc apprendre à se prémunir contre le regard des autres et contre le plus grand des dangers, l’amour.

Ligne horizontale       Poésie & enfance.

       L’univers de Malzieu, pour ce que j’ai pu en voir, est un univers extrêmement poétique. Grâce à sa plume tout en images, l’auteur nous dépeint une histoire encore plus qu’il ne nous la raconte et nous fait voyager au fil de ses mots. Le récit est court et l’on en comprend la raison en le lisant : chaque phrase est travaillée avec précision, choisie pour la beauté de ses mots, le jeu de son sens, la saveur de sa sonorité. Grâce à cette poésie, La Mécanique du cœur semble échapper à la réalité et nous entraîner dans un univers frôlant avec l’onirique alors même qu’il nous raconte des évènements bien ancrés dans la vie quotidienne.

« Son cou est saupoudré de grains de beauté minuscules, constellation descendant jusqu’à ses seins. Je deviens l’astronome de sa peau, fourre mon nez dans ses étoiles. […] Je l’effleure de toutes mes forces, elle m’est fleur de toutes les siennes. »

      Si j’ai d’abord été surprise de découvrir une histoire d’amour mettant en scène des protagonistes aussi jeune, je me suis finalement faite à l’idée et j’ai pu comprendre la pertinence de ce choix. Avec des personnages plus âgés, cette romance aurait pu prendre un tout autre tour tandis que la candeur de nos jeunes héros confère une pureté certaine à leurs sentiments. C’est tout en innocence qu’ils découvrent ensemble ce qu’est le véritable amour et qu’ils atteignent ensemble une forme d’absolu qu’ils n’auraient pu atteindre s’ils avaient été marqués par les désillusions de la vie. Le regard particulier de l’enfance permet de faire entrer cette histoire dans une autre dimension.

Ligne horizontale       Réalité & métaphore.

       Cependant, Mathias Malzieu fait le choix surprenant de ne pas adopter un univers totalement onirique, malgré les facilités que cela pourrait représenter, mais de plutôt ancrer son rêve dans la réalité. En effet, il oublie toute forme d’idéalisme pour confronter ses héros à toute la dureté du monde. Jack se retrouve ainsi à devoir affronter le regard des autres et les jugements, la mort et la maladie, le mensonge et la brutalité. Ces épreuves façonnent le héros et lui permettent d’acquérir en profondeur. Elles aident également à développer l’empathie du lecteur, qui ne se sentirait probablement pas aussi proche d’un héros n’ayant connu aucun malheur et qui craint désormais pour son cœur défaillant.

       Le twist final – je vous déconseille donc fortement la lecture de ce qui suit si vous voulez éviter tout risque de spoil – repose entièrement sur la révélation de la métaphore tissée tout au long du livre : l’horloge-cœur qui fait vivre Jack n’est en fait qu’un artifice. Cette horloge n’est finalement que le symbole de la métaphore filée, à savoir la fragilité de l’Homme face à l’amour. Amour qui fait faire des folies, autant à Jack qu’au docteur, qui fait vivre les plus belles émotions mais qui ne va pas sans sa part de risques et provoque aussi les plus grosses peines. Peur de l’amour, du temps qui passe, de la douleur et de la peur elle-même, tous ces sentiments complexes résumés en une seule métaphore et dévoilés juste au bon moment.

      La Mécanique du cœur m’a donc fait voyager dans son univers doux teinté d’onirisme et m’a donné envie de lire d’autres livres de Mathias Malzieu dont je vous parlerai avec plaisir mais bien sûr, « ceci est une autre histoire, qui sera contée une autre fois ».

      PS : ayant dû réécrire cet article 3 fois suite à de délicieux bugs de WordPress, il est beaucoup moins développé que prévu – parce qu’entre deux réécritures, fatalement, des choses se perdent en court de route – mais j’ai essayé d’y restituer l’essentiel de mes idées. Si des choses ne semblent pas claires, n’hésitez pas à me le faire remarquer, que je puisse compléter !

Publicités

12 commentaires sur “║ La Mécanique du cœur ║ de Mathias Malzieu

  1. Pour moi, c’est le livre le moins poétique de Mathias Malzieu. Il n’en est pas moins bon, j’adore sa plume, mais ce n’est pas mon préféré. Cela dit j’éprouve toujours beaucoup de plaisir à le retrouver dans ses livres, ravie que tu aies succombé à ce charme aussi ! En plus, malgré les pertes, c’est un excellent article et très intéressant.

    Aimé par 1 personne

    • C’est une bonne chose que j’aie commencé par celui-ci, du coup : je n’ai pas d’autres de ses livres en tête pour dévaluer celui-ci et mes découvertes ne pourront évoluer qu’en s’améliorant :p

      J'aime

  2. Oh je l’avais tellement aimé !! Je l’ai découvert à une période où je me remettais à lire et je l’avais dévoré moi aussi. Du coup, je m’étais lancé dans une autre histoire de Malzieu que j’ai même préféré: Le plus petit baiser jamais recensé ! Si tu as l’occasion, fonce découvrir celui-ci 😉
    Victoire

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s