║ Léviathan 1 ║ de Scott Westerfeld

Léviathan 1

       Après avoir entendu beaucoup de bien de cet auteur de la part de la copinaute Mabu du blog Le Vent dans les pages – qui s’avère toujours de beaucoup trop bon conseil pour la santé de ma wishlist -, je me suis enfin lancée dans le premier tome de la saga Léviathan de Scott Westerfeld, offert voilà quelques temps par une amie. C’était mon tout premier roman steampunk, je me demandais donc si j’allais vraiment accrocher au style et, malgré un démarrage un peu difficile pour adhérer totalement à l’univers, je dois avouer que j’ai finalement eu beaucoup de mal à décrocher de cette lecture et que j’hésitais sincèrement à enchaîner directement avec le deuxième tome de cette trilogie.

      Alors que la Première Guerre Mondiale menace, Alek, descendant de la famille impériale austro-hongroise doit lutter pour survivre tandis que Deryn doit, elle, lutter pour atteindre son plus grand rêve : rejoindre l’armée de l’air britannique qui n’accepte pourtant que des hommes en son sein. Alors que guerre, idéologie et rêves les opposent radicalement, leurs chemins vont pourtant se croiser et seule l’entraide saura les tirer d’affaire.

Ligne horizontale       Histoire & avenir.

       La saga Léviathan prend place dans un passé alternatif. C’est-à-dire qu’elle reprend une période de l’Histoire et décide d’y intégrer un élément différent qui bouleverse le cours des évènements pour créer un monde qui continue à évoluer dans le temps d’une autre manière que celle que nous connaissons. Ici, on repart à l’époque de la Première Guerre Mondiale mais on instaure une avancée technique et technologique majeure au niveau de l’armement. Le gros intérêt de cette façon de faire est de renvoyer le lecteur à une époque connue, avec des repères temporels et des grands noms auxquels il est habitué, ce qui lui permet de situer rapidement l’intrigue et de ne pas se sentir perdu dans un univers totalement nouveau, tout en lui proposant une évolution différente, qui crée un Léviathan 1 - Carteeffet de dépaysement et fait se poser des questions sur ce qui constitue les fondements de notre société actuelle. On mêle ainsi un côté historique, à un roman ressortissant des littératures de l’imaginaire et en apportant des questions purement philosophiques en filigrane.

        Cependant, malgré ce contexte historique qui encadre l’intrigue, le roman est loin d’être plongé dans le passé. Bien au contraire, toute l’histoire de Léviathan est tourné vers l’avenir puisque ce passé alternatif est en constante progression. Tout l’intérêt est justement de pouvoir constater de quelle façon les changements apportés à la société peuvent influer sur l’évolution de l’humanité et le cours de l’Histoire. De même, cela entraîne à s’interroger non plus sur l’hypothétique futur d’une société à l’Histoire alternative mais bien sur notre société actuelle et la façon dont elle pourrait se trouver modifiée par les enjeux présentés par le roman. La guerre prend un tournant différent, la politique et l’économie se mêlent à des enjeux idéologiques qui pourraient mener à un dénouement bien différent de celui qu’on connaît.

Ligne horizontale       Manipulations & mécanique.

       Dans cette saga, deux clans s’affrontent : les « clankers » face aux « darwinistes ». Ces derniers sont issus d’un mouvement lancé, comme son nom l’indique, par Charles Darwin qui, allant au-delà de sa fameuse Théorie de l’Évolution, a découvert les « fils de vie » permettant aux Hommes de recombiner l’ADN des créatures vivantes. Plutôt que de suivre une évolution technologique, les darwinistes ont donc décidé de faire évoluer les créatures les entourant afin de s’en servir à la place des machines. Les espèces animales sont ainsi recréées, combinées, afin d’en faire des outils au service de l’humanité : une baleine géante va devenir un véritable vaisseau volant, des chauve-souris vont devenir des lances-fléchettes, des hybrides canidés vont devenir des renifleurs spécialisés infaillibles et mille autres astuces de ce genre vont permettre aux darwinistes de s’affranchir de la machine pour ne reposer que sur des créatures vivantes. Le gros avantage de ces « machines vivantes » est bien sûr qu’elles ne polluent pas ; elles sont écologiques et permettent de revenir à un mode de vie estimé plus naturel par les darwinistes qui peuvent ainsi se fier à l’instinct de leurs manipulations génétiques plutôt qu’à une machine totalement déshumanisée. Toute une Léviathan 1 - Illupartie de la population, en revanche, nommée les « philoluddites », s’indigne de ces créations, jugées contre-nature puisque allant à l’encontre de l’évolution naturelle suivie par les espèces.

       Les « clankers », bien évidemment, se rangent avec l’avis des philoluddites, condamnant ces créations humaines, et leur préférant l’usage de la machine. Choisissant une évolution bien différente de celle des darwinistes, ils ont ainsi construit d’énormes « méchas », des robots sans conscience entièrement pilotés par l’Homme. Ces méchas sont des machines capables de prouesses extraordinaires qu’aucun être vivant ne pourrait égaler, fortes et résistantes, mais qui nécessitent, en contrepartie, un entretien constant et un talent de pilotage assez extraordinaire pour ne pas les voir se renverser. Bien qu’inspirés par des formes animales ou anthropoïdes, les méchas n’ont, eux, plus rien de naturel et polluent bien plus que de raison. Qu’est-ce qui est, alors, le plus naturel ? Le plus efficace ? Le meilleur pour l’avenir ? La question est laissée en suspens dans ce premier tome. Scott Westerfeld fait le choix de confronter ces deux manières de vivre, ces deux idéologies pourrait-on dire, avec une équité parfaite : il expose les avantages et les inconvénients de chaque avancée sans en favoriser aucune pour laisser le choix au lecteur de s’interroger lui-même sur l’intérêt d’un camp comme de l’autre et soit de trancher par lui-même, soit de poursuivre sa réflexion au-delà du roman.

      Voilà donc ce que j’ai pu retenir de ma lecture du premier roman de la saga Léviathan de Scott Westerfeld. Je suis très curieuse de découvrir comment l’évolution et la réflexion se poursuivent dans les deux tomes suivants mais cela, chers lecteurs, est « une autre histoire, qui sera contée une autre fois ».

Publicités

8 commentaires sur “║ Léviathan 1 ║ de Scott Westerfeld

    • C’est vrai qu’il m’a donné la même impression très jeunesse avant de l’ouvrir ! Et il faut admettre que les héros sont très jeunes mais je trouve finalement que le roman en lui-même s’adapte très bien à un public plus âgé, autant dans les thèmes que dans l’écriture.

      Aimé par 1 personne

  1. Ce que j’ai beaucoup aimé dans ce livre c est le contexte historique déplacé. C est génial de se baser sur des faits historiques pour créer une histoire futuriste!! Le conflit entre les deux idéaux de vie est lui aussi assez passionnant. Par contre le grand moins pour moi dans cette lecture c est le côté jeunesse, je n ai pas du tout accroché aux personnages d Alec et de fille (je ne me rappelle plus son nom) et j ai trouvé leur « rencontre » très mal amenée! Je ne suis pas sure de lire le tome 2. Mais si tu le lis je serais très curieuse d avoir ton avis!

    Aimé par 1 personne

    • Comme toi, j’ai surtout été séduite par le décalage historique et le conflit idéologique.
      Mais je te rejoins sur le fort côté jeunesse, qui se ressent surtout dans l’âge et la construction des personnages. Mais j’ai moins été marquée par la maladresse de la rencontre entre Alec et Deryn, personnellement. Peut-être parce qu’elle me semblait inévitable, même s’il est vrai qu’elle aurait pu être plus subtile qu’un gros « kaboom » comme c’est le cas !
      J’ai le tome 2 dans ma bibliothèque et je suis assez impatiente de continuer, je ne manquerai donc pas de faire un retour dessus 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s