8 idées… De livres lacrymaux

0

      Je ne suis pas du genre à pleurer facilement en lisant et pourtant, je dois reconnaître que certains livres ont tout de même réussi à me tirer de bonnes grosses larmes tant leurs personnages sont rendus attachants par l’auteur. Alors si jamais l’envie vous prends d’une bonne lecture bien lacrymale, qui émeut autant qu’elle soulage, je vous propose ici une petite sélection de livres qui n’ont que trop bien fonctionné sur moi.

1

     1 ‖ Le Miroir d’Ambre.

     Troisième et dernier tome d’À la Croisée des mondes de Philip Pullman, Le Miroir d’Ambre conclut en beauté les périples de Lyra. Pour cette trilogie, Pullman choisit de sortir totalement des fins conventionnées pour nous offrir une conclusion à la hauteur de la portée philosophique de son œuvre, qui est d’autant plus forte et touchante qu’elle n’est pas forcément celle que l’on attend. Cette dernière vingtaine de pages confère une toute nouvelle portée à l’histoire et une toute nouvelle utilité à la boîte de mouchoirs.


     2 ‖ Les Derniers Jours de Rabbit Hayes.2

     Ce roman-ci ne devrait pas surprendre mes lecteurs habituels car je ne l’ai pas caché : Les Derniers Jours de Rabbit Hayes m’ont fait passer 4 jours entiers en larmes au fond de mon lit, essayant de me calmer à chaque page et refondant à la suivante. L’histoire du deuil, de la façon qu’a chacun de le gérer et, surtout, de finalement l’accepter touche vraiment juste sous la plume d’Anna McPartlin et promet un vrai moment d’émotion pure.


3     3 ‖ Harry Potter et l’Ordre du Phénix.

     Si beaucoup ne se sont jamais remis de la mort de Dumbledore dans le 6 – non, à ce stade-là, ce n’est pas du spoil ; j’estime que ceux qui ne connaissent pas encore l’histoire n’en ont juste rien à fiche – ou de nombreux autres dans le 7 mais, personnellement, elle m’aura presque paru anecdotique après celle de Sirius dans L’Ordre du Phénix. J.K. Rowling, sur ce coup-là, aura été la toute première auteure à me faire pleurer sur un livre et je crois qu’aucun autre personnage littéraire ne m’a jamais autant manqué dans une histoire que le fougueux parrain d’Harry.


     4 ‖ Nos Étoiles contraires.4

      Ce livre apparaît un peu comme une évidence dans cette sélection, étant donné qu’il est loin de n’avoir fait pleurer que moi, je le sais bien. J’ai cependant beaucoup hésité sur quel roman de John Green j’allais faire figurer ici – parce qu’en présenter plusieurs serait trop facile, bien sûr – car j’ai beau n’en avoir lu que deux, les deux m’ont profondément saisie. Entre Qui es-tu Alaska ? et Nos Étoiles contraires, ce dernier décroche finalement la palme grâce à son incroyable faculté d’identification aux personnages qui ne m’a pas fait lâcher mon mouchoir une minute mais le second en lice ne démérite pas pour autant avec sa troublante incertitude et sa construction parfaite pour son sujet.


des-fleurs-pour-algernon     5 ‖ Des Fleurs pour Algernon.

      Roman que j’ai découvert tout récemment mais qui m’a déjà beaucoup fait réfléchir, Des Fleurs pour Algernon de Daniel Keyes touche énormément par son écriture à la première personne, sous forme de journal intime, qui évolue avec la progression intellectuelle du personnage. De quoi susciter la plus grande des empathies, surtout à l’approche de son inévitable déchéance vers laquelle on se sent poussé tout en espérant jusqu’à la dernière minute un dénouement différent. Une certaine fascination de l’horreur m’a maintenue en alerte jusqu’à la fin et m’a laissée à fleur de peau.


       6 ‖ La Nuit des temps.6

      Une romance improbable dans un univers de science-fiction, La Nuit des temps de Barjavel peut paraître assez simpliste dans ses thèmes mais parvient parfaitement à toucher la corde sensible de son lecteur et nous entraîne dans une histoire d’amour intemporelle. Ce qui fait tout le charme de ce roman, c’est son retournement final – sur lequel je ne vous en dirai pas plus, évidemment ! – que l’on peut commencer à deviner quelques chapitres à l’avance mais qui n’en fait pas moins son effet. Bien au contraire, tout pressentiment possible ne fait que renforcer l’impression de catastrophe imminente en approche et participe à l’empathie partagée avec l’héroïne du roman.


7     7 Les Misérables.

      Plusieurs morts, dans Les Misérables, pourraient largement avoir leur place dans cette sélection tant Hugo parvient à rendre ses personnages attachants – à défaut de rendre ses chapitres historiques passionnants – mais, étrangement, ce n’est pas une mort qui m’émeut le plus dans ce roman. Je trouve certaines de ces morts extrêmement fortes, pourtant – je ne parlerai qu’à demi-mots d’un certain suicide car je sais que tout le monde ne connaît pas ce roman en détails et ne souhaite pas gâcher la force de ce moment que je trouve absolument grandiose, mais cet homme qui choisit de se donner la mot après avoir vu tous les fondements même de sa vie bouleversés me semble toujours aussi émouvant – c’est un autre passage qui est parvenu à me faire monter les larmes aux yeux : c’est l’abandon total de Valjean, qui renonce à son bonheur pour faire celui de sa fille qui pourrait être terni par son passé. Cette abnégation du personnage, qui laisse s’échapper ce qu’il a de plus cher, en sachant tout ce que cela lui coûte, offre un moment bien plus émouvant que n’importe quelle mort à mes yeux car, à défaut d’être physique, elle est spirituelle.


     8 La Porte de Ptolémée.1

     La Trilogie de Bartiméus de Jonathan Stroud est une saga certes jeunesse mais elle fait partie de ces sagas qui n’ont strictement rien à envier aux grandes, comme je vous en parlais dans un « 8 idées » précédent, et ce qui fait sa grande force, c’est avant tout sa fin qui sort de tous les clichés à la « happy ending » auxquelles nous sommes habitués. Hors, cette fin est habillement amenée tout au long de ce troisième et dernier tome, La Porte de Ptolémée, dans lequel on découvre toute la profondeur que peut avoir une amitié et ce que peut représenter une confiance absolue, sans la moindre restriction. Une histoire de dépassement de soi, des frontières de la confiance et de l’oubli de la peur ou du préjugé. Une histoire touchante et qui fait remettre beaucoup de problématiques actuelles en question.

      Voilà, ce sont les 8 seuls livres qui ont su m’émouvoir aux larmes dans ma petite vie de lectrice. Ça doit sembler être peu pour certains mais pour moi qui n’ai pas la larme facile lorsque je lis – alors que devant un film, c’est totalement autre chose -, ça me paraît déjà beaucoup. Après, étant ouverte à toute nouvelle expérience, je serais bien curieuse de savoir : quels sont les livres qui, vous, vous ont touché à ce point ?

Publicités

21 commentaires sur “8 idées… De livres lacrymaux

  1. Haha moi je qui souffre d’incontinence lacrymale chronique ces livres vont me faire pleurer des torrents! Ça a été le cas pour nos étoiles contraires! Par contre je n’ai pas totalement été emballée par le nuit des temps enfin j’ai aimé la première parie mais pas la suite 😕

    Aimé par 1 personne

    • J’adore l’expression « incontinence lacrymale », la replacer dans une phrase sera mon prochain but dans la vie désormais !
      Il semble que La Nuit des temps laisse vraiment son lectorat très partagé, en effet. Je fais partie de ceux qui ont accroché et je crois que c’est surtout du au fait que je sentais l’approche de la catastrophe sans totalement pouvoir la prédire : ça m’a tenue en haleine !

      Aimé par 1 personne

  2. Je pleure trés rarement devant les livres mais j’avoue que la mort de Dumbledore (ou plutôt son enterrement) a été la première fois où j’ai pleuré devant un livre. par pour Sirius, parce que j’étais en état de choc et que j’étais persuadé qu’il allait revenir (comme Harry en fait).
    J’ai le miroir d’Ambre dans ma PAL. Maintenant je sais qu’il faut que je me prépare psychologiquement avant de le commencer.

    J'aime

  3. Je n’ai pas été émue jusqu’aux larmes par Les portes de Ptolémée personnellement, mais je plussoie complètement pour Les derniers jours de Rabbit Hayes et Harry Potter et l’Ordre du Phénix !

    J'aime

  4. J’aime beaucoup ce papier et je rejoins ton avis pour le dernier des tomes d’À la croisée des mondes de P. Pullman : j’en ai à la fois voulu à l’auteur, pr ces dernières pages après des passages de bonheur simple mais mérité, en même temps que j’ai apprécié cette fin inattendue.
    Dans une autre série du même auteur : Sally Lockart certains passages des tomes 2 et 3 m’ont fait pleurer si ma mémoire est bonne. Je ne te dis pas pourquoi car il me semble que la saga peut figurer dans ta PAL. Mais l’au revoir d’un personnage attachant ne laisse pas indifférent.
    Dans la saga Harry Potter c’est la mort de l’un des jumeaux Weasley, Georges, qui m’a faite pleurer alors qu’il venait de se réconcilier avec Percy et qu’il sauve ce dernier.
    Enfin merci pr les idées de lecture suggérées !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s