Découvrons… ║ Nekromantia 7 ║ de Rose Berryl

Nekromantia 7

     Après une petite pause d’édition, la saga Nekromantia de Rose Berryl est de retour avec un septième épisode intitulé L’Esprit de l’eau. Avec un nouvel épisode long de 70 pages, on peut constater que les Éditions CKR ont tenu compte des critiques postées sur les anciens épisodes qui jugeaient souvent ces publications trop courtes pour nous proposer un format un peu plus dense et rien que ça, ça fait plaisir à voir. Malgré un petit souci technique m’empêchant d’importer le texte sur ma tablette, je ne me suis pas laissée démonter et me suis lancée à corps perdue dans une version pdf qui m’a entraînée plus loin encore que ne le laissait présager l’épisode précédent.

       Fareylia et Mylvera se sont engagées dans des grottes obscures peu amènes dans lesquelles elles se retrouvent confrontées à de nouveaux dangers. Nouveaux ? Pas si sûr pour Fareylia qui semble rattrapée par d’anciens souvenirs fort douloureux.

Ligne horizontale       Carapace & protectrice.

       Dans cet épisode, on s’attarde davantage sur la psychologie de Fareylia. D’abord par quelques allusions discrètes puis par un flash-back, on apprend que la jeune fille a été victime de sévices assez sévères par le passé, qui lui ont laissé un certain nombre de traumatismes. Le personnage qui, jusqu’alors, avait semblé si fort et sûr de lui, détaché de tout et de tout le monde, montre enfin ses premières faiblesses. On découvre finalement un personnage profondément blessé qui érige une carapace entre lui et le reste du monde dans le simple but de se protéger. On comprend désormais l’attitude du personnage dans les précédents épisodes qui n’agissait ainsi que pour mieux se protéger après n’avoir été qu’un instrument entre des mains malveillantes par le passé. Cette époque où elle se sentait instrumentalisée est révolue et Fareylia semble ne plus jamais vouloir être dépossédée de sa liberté par quiconque, même ceux qui lui voudraient du bien, incapable qu’elle est devenue de faire confiance.

      On prend également conscience de l’importance de Fareylia, qui semble au cœur de pouvoirs puissants. Quelque part, il est alors assez ironique de constater que celle qui doit protéger le monde doit déjà lutter pour parvenir à se protéger elle-même. Heureusement, c’est là qu’intervient Mylvera, la seconde protagoniste de l’histoire : la chevalière s’impose clairement comme protectrice de Fareylia, jurant de prendre soin d’elle quoi qu’il arrive. Ce n’est que l’entraide de ces deux femmes fortes pourtant si différentes qui pourra parvenir à sauver l’humanité des périls encourus, même si on ne mesure pas encore tout à fait l’ampleur desdits périls.

Ligne horizontale        En bref :

       Un nouvel épisode riche en rebondissements, dont l’action continue à nous accrocher sans jamais défaillir sans jamais délaisser le côté psychologique de l’œuvre, qui nous plonge toujours plus profondément au cœur des personnages, apportant de nouveaux thèmes intéressants à développer pour la suite.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s