Les Schtroumpfs (2011)

 Les Schtroumpfs

      Alors que le troisième volet sort en salles, je me suis enfin décidée à jeter un coup d’œil au premier film des Schtroumpfs à l’occasion d’un passage à la télévision. Je n’avais pas vraiment de grandes attentes concernant ce film, raison pour laquelle je l’avais délaissé sans remords jusqu’ici, mais la performance de Neil Patrick Harris que j’aimais beaucoup dans How I Met Your Mother me rendait tout de même curieuse. En effet, suite à une énième attaque de Gargamel à leur encontre, les Schtroumpfs – est-ce un nom propre ou un nom commun ? – se retrouvent propulsés à New York et seule la lune bleue peut les y renvoyer.

         X Malgré le peu d’attente que je formulais face à ce film, j’espérais au moins passer un bon moment en regardant Les Schtroumpfs grâce à l’humour certain de ces petits personnages. Malheureusement, à quelques unes près, la plupart des blagues tombent tristement à plat : ce qui fonctionne très bien en dessin animé, ne fonctionne pas pour autant dans un film.

      X De la même façon, les personnages du dessin animé transposés dans le monde réel donnent un effet très étrange au film. Gargamel et Azraël débarquent à New York à la suite des Schtroumpfs tout en conservant leur aspect très cartoonesque avec un costume improbable pour Gargamel et une animation qui laisse à désirer pour Azraël. Dans un autre contexte, peut-être qu’ils auraient pu passer mais quand ils se retrouvent confrontés à des personnages très réalistes tels que Patrick, le publicitaire, ou sa patronne, le décalage est beaucoup trop fort et ruine le tout le côté immersif du film.

      En revanche, si l’animation d’Azraël est franchement ratée, celle des Schtroumpfs fonctionne très bien. Mis à part quelques scènes où Patrick et sa femme les prennent dans leurs mains, les Schtroumpfs sont très bien animés, ils se fondent vraiment dans le décors et donnent vraiment l’impression que les petits personnages de notre enfance ont pris vie. Grande fan du dessin animé, les voir chantonner et gambader au milieu des bureaux et du train-train quotidien m’a fait grand plaisir. Le reste du casting, sans faire d’étincelles, tient très bien son rôle et permet de rendre le tout à la fois cohérent et attachant.

Les Schtroumpfs 2

        Le film tente également quelques références à la pop culture, tels qu’une partie de Guitar Hero assez mémorable ou un pastiche de Gandalf appelant les aigles à l’aide depuis sa tour grâce à un papillon, ici remplacé par Gargamel sauvé de prison par une mite et une armée de mouches. Je dois avouer que ce sont les seules blagues du film m’ayant vraiment fait rire. J’ai aimé ces différents clins d’œil et notamment l’espèce de mise en abyme lorsque Les Schtroumpfs trouvent la réponse à leurs problèmes dans un album de leurs propres aventures par Peyo. C’est surprenant, mais ça fonctionne !

       X Si la solution à leurs problèmes est originale, les problèmes en eux-mêmes le sont beaucoup moins, par contre. En effet, ils doivent retourner dans leur univers après en avoir été expulsés et échapper aux éternelles manigances de Gargamel. Autant dire qu’avec des enjeux pareils, le suspense ne fonctionne pas du tout : le résultat est couru d’avance, les solutions trouvées se voient bien souvent venir à 10km et l’effet d’attente de la résolution du film tombe donc franchement à l’eau.

       X Enfin, il faut reconnaître au film qu’il essaye d’intégrer une morale au-delà du simple humour. Malheureusement, si la morale est mignonne, elle est aussi très mal amenée. Le film explique et démontre qu’il ne faut pas mettre des gens dans des cases, qu’on est bien plus qu’une simple étiquette. Le Schtroumpf Maladroit est donc capable de passer outre son défaut pour devenir un héros s’il le souhaite. En soit, le message est très bon mais appliqué aux Schtroumpfs, je suis désolée, ça ne fonctionne pas : c’est le principe même de ces personnages que de coller au nom qu’ils portent. Pourquoi tous devraient répondre à la règle sauf lui ? Soit ils changent entièrement leur système de noms, soit on oublie cette morale pour ce film.

Clap (1)

        En bref : Un film oubliable. Je regarderai peut-être la suite à l’occasion, si je n’ai pas mieux à faire, mais Les Schtroumpfs ne m’ont franchement pas vendu du rêve. Ça se laisse regarder mais ne suscite pas grand chose de plus et, à ce compte-là, j’aime mieux retourner regarder les dessins animés de mon enfance.

Publicités

3 commentaires sur “Les Schtroumpfs (2011)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s