Découvrons… ║ Stardust ║ de Neil Gaiman

Stardust

     Incapable de résister bien longtemps à l’enthousiasme de la copinaute de Pause Earl Grey et de plus en plus attirée par l’univers de l’auteur, je n’ai pas pu m’empêcher de me procurer et de dévorer aussitôt Stardust de Neil Gaiman. Du coup, mes attentes étaient peut-être un peu trop grandes pour ce roman, que j’ai mis pas mal de temps à finir mais dont le dénouement a tout de même su tenir ses promesses.

       Tristan Thorn est un jeune homme amoureux qui vit dans le petit village de Wall, frontière entre le monde rationnel et le Pays des Fées. Pour la main de sa bien-aimée, Tristan fait la promesse de quitter Wall pour lui rapporter une étoile tombée du ciel. Mais il ignore deux choses – beaucoup plus, en fait, mais ces deux-là sont particulièrement importantes – : l’étoile n’est autre qu’une jeune fille terrifiée à la jambe cassée par sa chute et lui-même est originaire du Pays des Fées dont l’appel se fait désormais ressentir.

Ligne horizontale     Conte & tolérance.

      Dans ce roman, Neil Gaiman n’hésite pas à puiser son imagination dans les contes de fées auxquels il fait de nombreux clins d’œil qui raviront tous les fans du genre. Entre présence de sorcières, de licornes et autres créatures magiques et quête initiatique, les thèmes principaux du conte de fées se retrouvent très bien dans ce récit. On y perçoit même la cruauté des contes originaux, avant qu’ils ne soient passés à la moulinette Disney, et des références discrètes à Chrétien de Troyes, par exemple, pour lequel la frontière entre monde magique et monde réel dénotait une importance capitale comme dans Stardust. Cependant, Neil Gaiman n’oublie bien sûr pas de sortir des schémas classiques du conte pour en proposer sa propre version. Le détournement ne se voit pas tout de suite : une grosse partie du roman reste conduit par la tradition et seuls les détails laissent sous-entendre une différence jusqu’au dénouement final qui, lui, vient tout chambouler. Loin du happy end classique, on perçoit une réelle modernité dans la relation entre les héros, leurs sentiments et leurs aspirations gagnant bien plus en profondeur que l’habituel cliché féérique.

       C’est également dans le dénouement que l’on va pouvoir apprécier pleinement l’une des thématiques pourtant mises en place subtilement par Gaiman depuis le début. En effet, Si Wall divise distinctement monde réel et monde magique en deux, son héros en revanche porte en lui la dualité de ces deux mondes qui coexistent. Cette dualité, il la ressent depuis le début mais n’en prend conscience qu’à la fin et c’est elle, seulement, qui finira par le réconcilier avec lui-même. Alors qu’il passe le roman à courir après les aspirations qu’il devrait avoir en tant que jeune homme banal de Wall, il peut enfin concilier ce qu’il veut vraiment avec ce qu’il est : un habitant du monde féérique. Quand le monde réel plie les choses en fonction de ce qu’ils doivent être, le monde féérique laisse chacun libre de ce qu’il souhaite être. À Wall, rêve et réalité se côtoient et Tristan, porteur de ces deux héritages, sait les concilier pour se construire un avenir digne de ses aspirations.

Ligne horizontale       En bref :

      L’immersion totale dans le roman peut paraître difficile à ses débuts si l’on en attend, comme moi, un récit subversif comme on peut davantage le voir dans Coraline ou dans L’Étrange Vie de Nobody Owens. Cependant, ce désir est finalement satisfait pour peu que l’on accepte de se laisser porter par ce conte de fées qui cache bien ses arrières jusqu’au dénouement pour nous proposer enfin la critique perçante que l’on attendait. D’autant plus que la lecture, malgré tout, devient vite très agréable par le simple plaisir de profiter de la plume de Gaiman, douce et imagée.

Publicités

14 commentaires sur “Découvrons… ║ Stardust ║ de Neil Gaiman

  1. Je suis d’accord avec toi, Gaiman prend son temps pour installer le décor. De mon côté ça ne m’a pas dérangé mais je comprends tout à. Je te rejoins sur la belle analyse que tu as fait. Cette dualité inhérente à la personnalité du héros est bien ficelée par l’auteur.

    Aimé par 1 personne

    • Je pense en effet que cette construction du roman n’est pas dérangeante en soi, c’est vraiment mon attente qui a biaisé mon début de lecture et m’a faite très impatiente^^ Mais je ne saurais que trop te remercier de me l’avoir conseillé malgré tout, parce que sa conclusion m’a finalement convaincue !

      Aimé par 1 personne

  2. Ca fait longtemps que j’aime le film et que je sais qu’il faut que je le tente en livre ! Ca m’a l’air quand même un peu différent d’après ce que tu en dis, du coup ça m’attire encore plus de voir ce que ça donne 🙂

    Aimé par 2 people

    • Je viens de découvrir qu’il y avait un film, pour ma part, dont je n’avais honnêtement jamais entendu parler avant cette lecture et ça me donne bien envie de le découvrir aussi ! Mais pas tout de suite, je vais laisser à l’histoire le temps de reposer un peu pour ne pas faire qu’un « visionnage comparatif » mais pouvoir apprécier l’œuvre en elle-même 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s