Le Garçon et la Bête (2015)

Garçon et la Bête 1

       C’est avec pas mal de retard que j’ai fini par visionner ce film d’animation japonais que je voulais pourtant voir depuis sa sortie en salles, deux ans plus tôt : Le Garçon et la Bête. J’en attendais un récit poétique et porteur d’un sens fort, ce en quoi ce film ne m’aura bien évidemment pas déçue. Un jeune garçon, Ren, se retrouve seul après la mort de sa mère et la disparition de son père. Fuyant sa famille d’accueil, il erre dans les rues lorsqu’il croise la route de Kumetatsu, un ours, lui offrant de le suivre dans le royaume des bêtes pour devenir son apprenti. Entre le maître caractériel et le disciple têtu, les relations sont compliquées mais aussi très instructives pour tous les deux.

        Sortie de séance :

        Le Garçon et la Bête est un film profondément touchant qui marque par la justesse incroyable des personnages qu’il met en scène et par les sentiments évoqués. Il est difficile d’y rester insensible tant l’empathie nous gagne face à ces émotions que l’on a tous connus : entre quête de soi, quête d’une famille et sentiment de n’avoir sa place nul part.

       Les relations entre les personnages, particulièrement, sont vraiment atypiques mais aussi particulièrement bien dessinées. Entre conflits et attachement profond, les deux protagonistes ne savent pas vraiment confier leurs sentiments mais parviennent à les faire passer autrement que par des paroles ou des gestes de tendresse, plutôt grâce à une attention à l’autre accru, un lien particulier qui n’existe qu’entre eux seuls.

Garçon et la Bête 2

       Ce film véhicule notamment une idée centrale : que l’élève n’est pas seul à apprendre du maître mais que la réciproque doit aussi être vraie pour une éducation constructive. C’est quelque chose que l’on a longtemps reproché au système éducatif – cette espèce de hiérarchisation, d’inégalité entre celui qui enseigne et celui qui apprend -, le mettre ainsi en exergue m’a donc semblé particulièrement intéressant. Maître et élève ont tous deux besoin de l’autre pour progresser toujours plus.

       X Le reproche que je ferais, en revanche, concerne l’intrigue qui porte ce message : elle est belle, elle fonctionne très bien mais laisse finalement assez peu de place au suspense puisque l’on voit venir les échecs et les réussites de nos héros de loin. Quelques petits points de scénario pourront nous surprendre mais l’originalité n’est pas ce qui marquera le plus ce film.

       Sans trop en dévoiler, sachez également que le film est construit sur toute une série de métaphores, que ce soit celle des ténèbres ou au contraire de l’amour. Les figures animales elles-mêmes, bien évidemment, sont le reflet du caractère des personnages et tous ces différents niveaux de lecture qui se mêlent viennent très agréablement enrichir l’histoire.

      Enfin, visuellement, aucune surprise là-dedans mais ce film est bien sûr très beau ; ce dessin à la japonaise à la fois simple et pourtant recherché, très coloré et avec un côté irrésistiblement onirique fonctionne à merveille sur moi.

Clap (4)

      En bref : Ce film m’a conquise et je pense qu’il conquerra de même tout fan d’animation à la Ghibli grâce à son univers enchanteur qui n’en oublie pas pour autant d’être porteur de morale.

Publicités

8 commentaires sur “Le Garçon et la Bête (2015)

  1. Du même réalisateur, il y a également Summer wars et Les enfants loups. Hormis les Miyazaki, je crois que les films de Mamoru Hosoda font parti des rares film d’animation japonais que je suis serieusement, en plus des Miyazaki.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s