Découvrons… ║ Antigone ║ de Bauchau

Antigone Bauchau

       Parmi les lectures qui gagnent énormément à se faire au soleil, il y a, pour moi, Antigone d’Henry Bauchau. C’est donc aux Buttes Chaumont que je me suis rendue pour savourer ce livre en bonne compagnie. Réécriture du mythe par un auteur contemporain belge, ce roman nous renvoie dans les étendues désertiques harassantes de la Grèce antique pour suivre l’histoire de cette femme qui a commis pour seul crime d’aimer autant ses deux frères l’un que l’autre et d’avoir voulu les préserver.

       Après avoir accompagné Œdipe dans sa marche interminable et mendié pour ce père aveugle qui n’aurait pu subsister sans elle, Antigone est de retour à Thèbes après le décès de celui-ci. Ses deux frères, les jumeaux Polynice et Étéocle, se battent pour le droit de régner sur la cité ; Antigone s’allie alors à sa sœur Ismène pour leur rappeler tout l’amour qui les lie avant que le pire n’arrive. Mais c’est sans compter sur Créon, qui attend patiemment la mort annoncée des jumeaux pour régner enfin seul et qui ne peut pardonner à Antigone de lui dérober son fils Hémon, tombé sous le charme de la jeune femme.

Ligne horizontale       Introspection & liberté.

       Quand on transforme une pièce de théâtre d’une petite centaine de pages en roman de plus de quatre cents, forcément, on y a davantage d’espace pour ajouter du contenu. Mais bien sûr, lorsqu’il s’agit de la réécriture d’un mythe aussi connu que celui d’Antigone, il est difficile d’y rajouter du contenu factuel. Ce sont donc très peu de nouveaux éléments de l’intrigue qui vont venir s’ajouter à cette version du mythe mais plutôt une relecture personnelle que va faire Bauchau, entrant dans l’intériorité de son héroïne pour nous en dévoiler les passions. On assiste vraiment au déchaînement des sentiments intérieurs qui assaillent Antigone d’un bout à l’autre, on a enfin l’occasion de mieux comprendre le personnage et ses motivations recrées par le romancier. Ça en fait un personnage qui gagne évidemment en profondeur, qui sait s’attirer notre empathie renouvelée et bouleverse par sa terrible destinée. L’inconvénient demeure néanmoins de mettre en scène une intrigue très lente, qui met beaucoup de temps à se dérouler puisqu’elle favorise l’introspection à l’action. Ce peut être un avantage certain pour ceux qui aiment cela – personnellement c’est plutôt quelque chose qui m’a gênée dans ma lecture, impatiente que je suis.

         Ce qui m’a fait éprouver davantage d’empathie pour le personnage, en revanche, c’est son irrépressible soif de liberté. Le plus grand danger auquel s’expose Antigone, c’est de nier l’autorité de Créon, refusant de devenir reine comme refusant d’obéir à son ordre interdisant d’enterrer Éteocle et Polynice. Antigone ressent le besoin de s’affirmer et de suivre ses propres devoirs plutôt que de se soumettre a des lois qu’elle juge arbitraires et injustes. Ce mythe, s’il traverse les âges, c’est en grande partie parce qu’il véhicule beaucoup de valeurs que nous prônons encore aujourd’hui : l’amour de la famille, le respect des morts mais aussi la libération de la femme. Malgré toutes les restrictions qui entravaient leurs droits à cette époque, Antigone nous prouve qu’il est possible pour une femme d’exister et de s’affirmer, même si cela doit lui coûter la vie. Le respect de soi, de ce qu’on est demeurant le bien le plus précieux de tout un chacun.

Ligne horizontale       En bref :

       Une lecture agréable qui permet de se replonger dans le mythe d’Antigone d’une autre façon. Henry Bauchau a creusé l’intériorité du personnage pour lui donner un relief certain et créer, autour d’elle, un sentiment d’empathie indéniable. Lecture à déconseiller, néanmoins, aux grands fans d’action, mais à savourer pour tous ceux qui voudraient se poser sur un coin d’herbe avec un roman qui sait prendre son temps pour nous présenter un caractère unique en son genre.

Publicités

Un commentaire sur “Découvrons… ║ Antigone ║ de Bauchau

  1. Je ne connaissais pas du tout cette réécriture du mythe d’Antigone. Je suis une grande fan de la pièce (tant dans la version de Sophocle que celle d’Anouilh), donc je suis assez tenté d’aller voir comment ça a été adapté (et que le volume multiplié par 4). J’adore la caractère d’Antigone, sa force d’assumer ce qu’elle croit devoir faire et sa liberté, mais j’ai peur qu’en 400p on s’ennuie un peu.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s