Song to song (2017)

Song to Song (1)

     Commençons par vous dire que j’ai beaucoup hésité avant de me décider à écrire cet article. Le fait est que j’aime bien vous parler un peu de ces films qui ne sont pas les plus mis en avant parmi les sorties récentes – même si je prends tout autant de plaisir à les voir, ceci dit – mais que j’ai eu du mal à définir mon sentiment par rapport à celui-ci en sortant de salle. Difficile, du coup, de vous coucher mon impression sur papier – ou sur écran, selon les points de vue. Pourtant, Song to song m’a marqué à sa façon et pour cela, il mérite bien sa petite place malgré tout. Ce film, c’est l’histoire de deux couples diamétralement différents dont les histoires s’entrecroisent, l’un incarnant l’amour sublime et l’autre la relation destructrice.

Sortie de salle :

        X En fin de séance, j’étais encore subjuguée par ce que je venais de voir. Pourtant, je n’arrivais pas à me dire que j’avais vraiment aimé. C’est un film qui captive l’attention, pousse à la curiosité mais reste, en quelque sorte, à distance du spectateur. Ce qui importe, ce n’est pas ce que le film raconte mais la façon dont il le raconte. En cela, je ne peux pas dire que je l’ai réellement aimé.

      En revanche, ce que j’ai aimé, c’est l’esthétique de ce film. Song to song est vraiment beau à voir. Il nous offre des images sublimes, éthérées, avec des choix de réalisation particulièrement intéressants qui changent des habitudes qu’on peut avoir avec le cinéma hollywoodien. Entre ellipses, narration décousue, scènes qui se font écho et part active laissée au spectateur, ce film ne nous laisse pas le temps de nous ennuyer.

        Il provoque également une certaine forme de fascination : tout au long, on ressent un besoin pressent de connaître la suite qui va nous révéler des clefs d’intrigue restées obscures. Tout particulièrement, le personnage interprété par Michael Fassbender dévoile progressivement son côté malsain qui dévoile une emprise petit à petit sur le reste des autres personnages. Une emprise qui fascine et révulse tout à la fois.

Song to Song (2)

       X Le film parle de musique. Les protagonistes font partie de ce milieu, entre artistes et producteurs. De nombreux concerts font partie intégrante du film. Et pour amplifier ce côté rock, le film met également en scène de nombreuses légendes vivantes. Alors oui, c’est très cool de voir Iggy Pop et Patti Smith dans un film. Mais à partir de la dizaine d’apparitions de la sorte, ça commence à faire trop. On a comme l’impression que le film a quelque chose à combler : il essaye de nous en mettre plein la vue et perd de vue son propos.

      X De la même manière, le film a un casting assez fou : Ryan Gosling, Natalie Portman, Rooney Mara – très bonne dans Lion ! – et Michael Fassbender réunis ensemble, ça vend du rêve. Et pourtant, je ne trouve pas qu’ils fassent tant d’étincelles que cela, au final. Ryan Gosling fonctionne très bien dans le rôle du charmant amoureux mais perd toute cohérence dès que son personnage doit s’éloigner de son rôle. Ou encore, le personnage de Natalie Portman ne lui laisse pas exprimer la moitié de ce qu’elle pouvait nous donner dans V pour Vendetta, la cloîtrant dans une évolution assez surfaite.

Clap (2)

       En bref : Song to song n’est honnêtement pas un film que je recommanderais de foncer aller voir. Intéressant à voir pour ses choix esthétiques originaux, oui. Mais qui manque singulièrement de finesse dans son intérêt réflexif pour le spectateur.

Publicités

4 commentaires sur “Song to song (2017)

    • Mais oui ! Il y a quelque chose de particulier.
      J’ai vécu le film en 3 étapes : début je me sens pas rassurée et sure d’aimer – je m’y fais, j’aime bien jusqu’à la séparation du couple où y’a Gosling (j’ai même pas retenu les noms des personnages) en me disant que ça faisait une bonne fin – mais ça continu ! Franchement il y a près de 40 minutes à partir de là qui ne sont pas capitales.
      A côté de ça, oui les images sont absolument dingues, je le « vends » comme ça à mon entourage qui veut le voir. C’est mon énorme coup de coeur du film, elles sont magnifiques. Ryan Gosling est super, il me convint de plus en plus. L’actrice qui joue la copine a quelque chose aussi, je l’ai trouvé vraiment belle, elle capte la lumière. Le rôle de Nathalie Portman est paradoxale, j’ai bien aimé qu’on lui donne ce personnage, qu’on la découvre autrement, mais elle ne peut pas en faire grand chose en fait.

      Bon et puis le truc qui casse un peu le ‘délire’ aussi, c’est les pseudo réflexions philosophiques qu’on nous lance par-ci par-là, mais ce n’est pas non plus ultra gênant.

      Le film donne le sentiment d’enrober dans de la beauté quelque chose de plutôt sombre, de sublimer des comportements franchement limites. Comme si on voulait justifier un fait artistique. Mais en même temps je n’arrive pas à savoir si j’ai pas aimé, parce que il y a en effet comme une fascination.

      J'aime

  1. Mince, moi qui suis les acteurs (et notamment Michael Fassbender) je ne pense pas voir ce film au ciné. Je le verrai si j’en ai l’occasion par contre pour pouvoir me faire mon opinion ! Mais s’il n’apporte pas grand chose, pas besoin de dépenser 10€ pour ça ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s